Santé du chat

03 janvier 2016 Rédigé par Administrateur


Qu'est-ce que la rage ?

La rage est une zoonose causée par un Lyssavirus de la famille des Rhabdoviridae. De ce virus, on connaît 7 génotypes, dont 6 peuvent être transmis à l’homme. Le virus est transmis par la salive.
En Europe, la rage se retrouve surtout chez les animaux sauvages, comme le renard, le chien viverrin et la chauve-souris, mais en Afrique, en Asie et en Amérique du sud, la maladie est plus répandue et beaucoup de chiens sont également infectés. L’infection par la rage tue environ 55.000 personnes chaque année à travers le monde (source: OMS). Des victimes humaines sont assez rares en Europe. Ces dernières années, des personnes sont décédées suite à une infection de rage transmise par des chauves-souris (Grande Bretagne, 2002), attrapée à l’étranger après contact avec un animal contaminé.

Dès que les symptômes apparaissent, la rage mène toujours à la mort chez les hommes et les animaux. Il faut qu’un traitement soit entamé dans les 48 heures après l’infection, donc avant l’apparition des premiers signes de la maladie. La période d’incubation dépend de la nature et de la localisation de la morsure, de l’espèce animale qui a mordu et de la quantité du virus, mais en moyenne elle est de 20-60 jours (avec valeurs extrêmes allant de 5 jours à un an ou plus). On distingue deux types de rage:

Symptômes chez l’animal
Rabies furiosa

- La période d’incubation est de 2 semaines à > 6 mois
- Agitation
- Agressif, hostile, tendance à mordre
- Production accrue de salive
- Excitation sexuelle
- Hurlement
- Paralysie
- Mort

Rabies paralytica

- Incoordination des mouvement, paralysie progressive des membres
- Craintif
- Production accrue de salive
- Refuse l'alimentation
- Port de la queue anormal
- Ténesme ou paralysie de l'anus
- Paralysie, l'animal tombe
- Mort après 48 heures

En Europe de l'Ouest, ce sont les renards qui constituent le réservoir le plus important de la rage. De plus, ils sont aussi un important vecteur. Des renards infectés peuvent transmettre le virus à d’autres mammifères (y compris l’homme) par morsure, griffure ou léchage. Durant ces dernières décennies, la Belgique a connu plusieurs vagues d’infections.

A la fin des années 60, la lutte contre la rage comprenait la mise à mort des renards afin d’en diminuer la population et d’éviter une plus grande dispersion de la maladie. Il est apparu que cette méthode était peu efficace et, de plus, elle n’était pas justifiable d’un point de vue éthique et écologique.

La Belgique a commencé la vaccination des renards en 1989. Entre 1989 et 1991, cinq campagnes de vaccination ont été effectuées dans une région infectée de 10.000 km². Ainsi, l’incidence a été fortement limitée. Cependant, un région infectée transfrontalière persistait dans le sud du pays. C’est pourquoi, les campagnes de vaccination ont été poursuivies tout le long de la frontière avec la France, le Luxembourg et l’Allemagne. Malgré ces vaccinations continues à grande échelle, la maladie s’est à nouveau dispersée vers le nord: en 1995, une région de 3.000 km² a été déclarée infectée. Par conséquent, la stratégie de lutte a été adaptée en 1996: la diffusion par hélicoptère d’appâts contenant le vaccin a été complétée par la vaccination des renardeaux au terrier. Cette nouvelle stratégie et la collaboration internationale se sont avérées efficaces: les derniers cas de rage datent de 1998 (renards) et de 1999 (bovins). La Belgique a été déclarée officiellement indemne de la rage en 2001 et en 2003, on a effectué la dernière campagne de vaccination.

Grâce à la vaccination des renards, les pays frontaliers sont également en passe d’éliminer la maladie. Seule l’Allemagne, au cours de la période 2005-2008, a connu une résurgence de la maladie à Hessen et ensuite dans le Rheinland-Pfalz et le Baden-Württemberg, probablement à la suite d’une vaccination déficiente. Cette diffusion de la maladie a été entretemps mise sous contrôle grâce à l’intensification de la vaccination des renards.

Ailleurs en Europe, la rage est encore un problème, principalement dans les pays de l’Est. La maladie n’y est pas uniquement observée chez les renards mais aussi chez les autres carnivores sauvages comme les chiens viverrins. La Commission européenne essaie de renforcer la lutte dans ces pays en soutenant les divers programmes de lutte que les autorités de ces pays ont initiés.

Des cas de rage chez des chauves-souris ont été constatés dans de nombreux pays européens, mais en Belgique cette piste semble moins évidente: les 77 analyses effectuées entre 1989 et 2003 se sont avérées négatives (source: Institut scientifique Santé publique). Les virus de la rage qui infectent les chauves-souris, sont d’un autre génotype que le virus classique de la rage, mais ils peuvent également être transmis à l’homme.

Situation en Belgique

En Belgique, tous les chiens doivent être identifiés et posséder un passeport européen.
Tous les responsables de chiens doivent obligatoirement faire identifier et enregistrer ceux-ci  avant qu'ils ne soient vendus ou donnés ou, en tout cas, avant que le chien n'ait atteint l’âge de quatre mois. L’identification se fait au moyen d’une micropuce. L’identification au moyen d’un tatouage est encore autorisée si le tatouage a été fait avant le 3 juillet 2011 et s’il est encore bien lisible. Néanmoins, l’identification par tatouage  n’est pas valable si vous voyagez au Royaume-Uni, en Irlande ou à Malte.
Le vétérinaire agréé ne peut délivrer de passeport européen qu’après identification de l'animal.

En Belgique, la vaccination contre la rage est obligatoire :

- Pour tous les chiens au sud du sillon Sambre-et-Meuse, ainsi que pour tous les chiens qui accompagnent leur propriétaire en camping ou en caravaning n’importe où en Belgique ;
- Lorsque des animaux de compagnie (chiens, chats et furets) sont transportés de la Belgique vers un autre État membre ;
- Lorsque des animaux de compagnie provenant de pays tiers sont introduits en Belgique. Dans ce cas, des règles particulières sont d’application.

  • Pour que la vaccination contre la rage soit considérée comme valable, l’animal doit être identifié et posséder un passeport européen. Si nécessaire, le vétérinaire peut encore identifier l’animal et délivrer son passeport au moment de la vaccination.
  • La période de validité de la vaccination doit être calculée conformément aux instructions de la notice et doit être inscrite sur le passeport européen. Pour une première vaccination, dite primovaccination, la période de validité commence au plus tôt 21 jours après la vaccination. Une vaccination de rappel pendant la période de validité est valable immédiatement ; en dehors de la période de validité, cette vaccination est considérée comme une primovaccination.
Prévention en Belgique

Depuis 2001, la Belgique est officiellement indemne de la rage. C’est pourquoi, on a une très petite chance d’être infecté dans notre pays. Toutefois, la rage se manifeste fréquemment dans d’autres pays, en Europe et surtout en dehors de l’Europe.
Le risque que la maladie soit à nouveau introduite ne peut donc pas être sous-estimé ou minimisé.

Si vous voyagez à l’étranger et si vous emportez votre chien, chat ou furet, l’animal doit être vacciné contre la rage. C’est une mesure prise afin d’éviter que votre chien ou chat soit infecté, après contact avec un animal infecté à l’étranger.
Certains états membres demandent, en plus de la vaccination et le certificat de santé, des conditions supplémentaires. Prenez contact à temps avec votre vétérinaire et avec l'Unité provinciale de contrôle de l'AFSCA la plus proche.

Des chiens, chats ou furets importés d’autres pays sont soumis à des conditions sanitaires importantes, et doivent notamment être vaccinés selon les prescriptions. La plupart des cas de la rage chez les chiens, en Belgique et dans les pays voisins, concernent des animaux importés illégalement des pays où il y a beaucoup de cas de rage et où la vaccination n’est pas obligatoire (p.ex. le Maroc). Ces cas constituent un grand danger pour les hommes et les animaux dans l’entourage de l’animal infecté.
De même, les chiens séjournant dans un camping, à n’importe quel endroit en Belgique, doivent être vaccinés contre la rage, parce qu’il y a une plus grande chance d’entrer en contact avec des animaux sauvages vivants à ces endroits.

27/11/2014 Rage et voyages avec des animaux de compagnie : l'UE renforce les règles

Ne ramenez pas la rage dans vos bagages... PDF

Source : afsca.be

 


Les commentaires sont fermés.