Santé du chat

07 janvier 2016 Rédigé par Administrateur


FIV : Immunodéficience féline – Sida du chat

Le virus de l’immunodéficience féline est un rétrovirus aussi. A différents égards (mode d’action du virus, symptômes), il est très proche du HIV, d’où son surnom de « sida du chat » (bien sûr intransmissible à l’homme).
Le virus de immunodéficience féline s’attaque aux globules blancs. Une fois infecté par le virus, le chat ne peut pas s’en « débarrasser ».
Peu à peu, le chat souffre d’un déficit en globules blancs (leucopénie), et son système immunitaire ne peut plus se défendre.

Malheureusement, une fois que l’immunodéficience commence à se mettre en place, l’issue est fatale à terme pour le chat. Tous les agents infectieux divers et variés qu’il peut rencontrer, et contre lesquels un chat en bonne santé sait normalement se défendre, peuvent alors « profiter » de cette défaillance, et entraîner autant de maladies qui « se greffent ». Parfois, les chats FIV+ sont également anémiés (déficit en globules rouges).

Les symptômes

Les symptômes du FIV peuvent sont donc assez proches de ceux du FeLV, et les deux maladies sont difficiles à distinguer « à l’œil nu ».
Après l’infection au FIV, la défaillance du système immunitaire n’est pas immédiate : le chat est séropositif mais pas encore malade, le virus « sommeille ». Cette phase asymptomatique est de longueur très variable ; elle peut durer des mois, parfois des années.

Transmission du FIV

Le FIV est moins « hautement contagieux » que le FeLV. Il se transmet surtout par morsure. Théoriquement, la contagion par la salive en contact prolongé est possible.
Ainsi, si le FeLV est aussi une « maladie d’amis » qui se font des léchouilles, le FIV est plutôt une « maladie d’ennemis » qui se blessent dans leurs combats.
Les mâles qui luttent pour les femelles sont donc très exposés… mais tout chat qui sort et se trouve pris dans une bagarre court un risque fort.
En effet, si la prévalence du FIV peut varier localement, elle reste relativement importante dans la population féline européenne, sans décroîre.
En élevage, le FIV est très rare.

Prévention du FIV

En l’absence de traitement, en l’absence de vaccin, la prévention du FIV ne peut que consister à éviter l’exposition au virus…
Le risque de contracter le FIV dans les bagarres constitue un plaidoyer en faveur de la stérilisation, notamment pour les mâles.
Et, plus largement, la possibilité d’être infecté par cette maladie grave et incurable est un élément à intégrer à la question : « mon chat sera-t-il un chat d’intérieur ou un chat pouvant sortir à sa guise ? ». Un chat d’intérieur est à l’abri du FIV.

Perspectives de vaccination ?

Dans certains pays, il existe un vaccin contre le FIV (il n’a pas reçu d’autorisation de mise sur le marché en France et en Belgique) … ou plutôt s’agit-il d’un « demi-vaccin » puisqu’il ne protège pas contre toutes les souches de FIV. Mais ce « demi-succès » laisse espérer le développement d’un vaccin FIV… un jour.

Test FIV/FeLV

Les dépistages FIV/FeLV sont un autre versant de la prophylaxie de ces maladies.
En cabinet, le vétérinaire peut réaliser un « test flash » Felv/FIV très rapidement et facilement, à partir d’un petit prélèvement sanguin.
Concrètement, le bidule ressemble à un test de grossesse, avec, pour chaque virus, un spot qui se colore pour « oui », ou qui reste incolore pour « non ».
Pour la leucose (FeLV), la question à laquelle répondent ce oui ou ce non, c’est la présence du virus dans le sang (et non d’anticorps, que le chat soit vacciné ou non ne peut pas fausser le résultat).
Pour le FIV, c’est la présence d’anticorps qui est détectée.

Le test Felv/FIV est important, par exemple, quand on recueille un petit chaton abandonné dont on ignore l’histoire.
En principe, ce dépistage est un préalable à la vaccination d’un chat dont l’historique est inconnu.
Par rigueur, il est de mise à l’entrée d’un chat dans un groupe.
En élevage, étant donné la gravité de ces maladies, qu’il serait dommage de voir réapparaître alors qu’elles sont quasi-éradiquées des chatteries, et du fait de l’absence de protection contre le FIV (et, accessoirement, pour la leucose, du fait qu’un vaccin peut toujours être pris en défaut, parfois) le statut FIV/FeLV des chats de reproduction est régulièrement vérifié.
Ces tests flashs ont une très bonne sensibilité et une bonne spécificité. Le perfectionnisme les réitère cependant 3-4 mois plus tard, pour plusieurs raisons :

Concernant le FeLV:

1. Un positif peut correspondre à un état de « porteur transitoire », le chat parvenant à se débarrasser.
2. Un négatif peut dissimuler l’incubation de la maladie, période pendant laquelle le virus n’est pas encore présent dans le sang, comme le portage latent (ce dernier cas restant une limite inhérente à ce test).du virus dans les 3 mois.

Concernant le FIV:

1. Dans le cas d’un jeune chaton, un résultat positif peut être obtenu en réaction aux anticorps maternels encore présents dans le sang du petit, sans que celui-ci soit infecté ; il faut attendre qu’il ait 6 mois pour être certain que le résultat est bien « le sien », quand les anticorps maternels ont totalement disparu.
2. Là aussi, un négatif a pour limite de pouvoir « masquer » une incubation. En moyenne, les anticorps au FIV sont présents dans le sang 2 mois après l’infection initiale. Néanmoins, cette période peut être plus longue (8 à 12 mois, parfois même plus, ce qui constitue là aussi une limite inhérente au test).

Il existe plusieurs autres tests, réalisés en laboratoire, plus « élaborés », qui recherchent soit les anticorps à ces maladies, soit la présence du virus ; ils sont utilisés dans des situations particulières (suspicion, exposition avérée à un chat atteint, confirmation de positivité, détection de portage latent sur moelle osseuse pour la leucose, etc.).

Pour protéger les autres chats du voisinage, mieux vaut empêcher un chat positif au FIV et/ou au FeLV de sortir (d’autant qu’il n’a aucun intérêt à attraper tout ce qui traîne avec un système immunitaire potentiellement menacé) ainsi que l’isoler de ses autres chats, pour leurs protections mutuelles.

 


Les commentaires sont fermés.